A l'école des médecins


L’après-midi, nous sommes allés à l’école de médecine navale de Rochefort. C’est la plus ancienne école de médecine navale du monde. Elle date de 1722, il y a 286 ans. A l’époque, sur les bateaux, il y avait plusieurs types de maladies : des maladies dues à des microbes comme le choléra, celles dues à la mauvaise nourriture, comme le scorbut, et les blessures qui étaient nombreuses.

L’hôpital de Rochefort est constitué de pavillons placés autour d’un pavillon central. Il y avait plusieurs pavillons car si les malades étaient tous dans le même bâtiment, ils se donneraient leurs maladies et mourraient. Chaque pavillon accueillait les malades atteints par une même maladie, et chaque malade était seul dans son lit. C’était très moderne pour l’époque.

Nous sommes entrés dans l’école et nous nous sommes retrouvés dans la salle de réunion. Il y avait des tableaux des professeurs célèbres qui avaient enseigné dans l’école et parmi eux se trouvaient des voyageurs qui avaient été naturalistes sur des navires de découverte. On voyait aussi de vieux instruments. C’est dans cette salle que l’on donnait des cours. Il y eut des étudiants jusqu’en 1964. Après, nous sommes entrés dans la salle du Conseil de santé. C’est là que des médecins débattaient des malades les plus intéressants. Il y avait une table ovale, des livres et des objets très anciens. Puis nous nous sommes rendus dans la grande bibliothèque.

Elle contient plus de 25000 ouvrages : de livres de médecine, mais aussi des rapports d’expéditions. Nous nous sommes regroupés autour d’une grande table ovale avec un trou au milieu : la grande table d’un navire. Sur la table, se trouvait une carte et différents objets : une banane, du chocolat, du maïs, une tomate, des cocofesses, un fusil, un chapeau africain… Sur l’autre table, on trouvait une statuette africaine, une aquarelle de fleur exotique, les dessins d’oiseaux… Nous les avons observés et dessinés après avoir vérifié d’où ils venaient.

Léonie


Médecin de la marine, c’est un métier très particulier car le médecin était un personnage très important sur un bateau, et il était seul. Les médecins d’aujourd’hui, lorsque maladie d’un patient est trop grave, ils l’envoient à l’hôpital.
Sur un navire, on ne peut pas le faire, on doit trouver une solution. En plus, comme les voyages sont longs, on rencontre des maladies qu’on ne voit pas en France. A l’époque, la médecine était beaucoup moins évoluée qu’aujourd’hui. Par exemple, on ne savait pas soigner les infections et on préférait couper un membre abîmé. Les chirurgiens se servaient de nombreux outils comme des scalpels, des scies, des pinces…
Si on devait couper un membre, on ne savait pas comment endormir le malade. On posait une pince à compression sur le membre et quand le blessé ne le sentait plus, le chirurgien prenait ses instruments et opérait. On n’avait que le laudanum à donner au blessé, un médicament qui calme la douleur. Une fois le membre enlevé, on attendait que ça guérisse, et on mettait une prothèse. En rentrant à l’hébergement, nous nous racontions ce que nous avions préféré dans la journée.

Sabrina et Laura

Suite


Le grand départ

Sommaire