L'Azalaï

 

A partir d'un reportage vu à la télévision (Des racines des ailes - France 3)

 

Les Touaregs sont des caravaniers d'Afrique. Certains traversent le désert, au Mali, de Tombouctou à Taoudeni, pour aller chercher du sel. Cette caravane est nommée l'Azalaï. Elle existe encore aujourd'hui. Objets et nourriture sont portés par des dromadaires.

De Tombouctou jusqu'à Taoudeni, il y a 600 km. Il faut 40 jours à pied ou à dos de dromadaire pour les parcourir. Les Touaregs repèrent leur route grâce à la forme de la Terre le jour, et aux étoiles la nuit. Mais même un caravanier expérimenté peut se perdre dans le désert.

Pour les Touaregs, le soir, c'est toujours le même rituel: décharger les chameaux, préparer le feu... Dans le Sahara, on ne trouve pas de bois; alors, pour faire du feu, on utilise des crottes de dromadaires, et du bois qu'on a apporté.

Après manger, les Touaregs boivent du thé. C'est un élément important pour les Touaregs.

Pour ne pas perdre de bêtes, ils les attachent avec des cordes

A Taoudeni, il y a des mines de sel. Des mineurs y travaillent. Ils doivent extraire de sel de manière à obtenir des plaques. Les mineurs mangent peu. Il leur arrive de ne pas manger de viande pendant toute une année.

Un peu plus loin, on trouve une ancienne prison en ruine. C'était une prison politique. Les Touaregs évitent ce lieu: c'est une page de l'Histoire ensevelie dans le sable.

Une fois les dromadaires chargés, le voyage peut reprendre, de retour vers Tombouctou.

L'Azalaï est une tradition. Mais elle est en train de disparaître avec toute une culture.

Anna

Les peuples touaregs vivent dans le Sahara. A Tombouctou, il n'y a pas de sel. C'est pour cela que l'on fait l'Azalaï.L'Azalaï consiste à aller jusqu'à Taoudeni récupérer du sel gemme. Le voyage dure 40 jours.

Chaque matin, les Touaregs se lèvent tôt. Comme la plupart sont Musulmans, avant leur petit déjeuner, ils prient. Puis ils mangent une bouillie de céréales. Ensuite, ils chargent leurs dromadaires qui peuvent porter entre 150 et 180 kg de matériel, d'alimentation, de fourrage chacun. Puis ils partent.

Ils ne s'arrêteront pas et ils ne mangeront qu’une bouillie de céréales et de fromage de chèvre préparée la veille. Le soir, vers 18h, ils s'arrêteront, déchargeront les bêtes et les nourriront. Comme le bois est rare, ils utiliseront des crottes de dromadaire séchées pour faire du feu. Ils prépareront la bouillie du lendemain. Vers 22h, ils boiront du thé à la menthe, ce qui fait partie de leurs traditions.

Une fois arrivés à Taoudeni, les Touaregs achètent des plaques de sel qui pèsent 40 kg chacune. A Taoudeni, il y avait une prison pour prisonniers politiques. Les bagnards travaillaient pour récupérer le sel.

Pour payer les mineurs, cela se passe à Tombouctou: tout repose sur la confiance.

Les Touaregs n'oublieront jamais la vie avec les bêtes, comme le faisaient leurs aïeux. Mais les véhicules font leur apparition et l'Azalaï disparaîtra avec toutes ses traditions.

Ugo


Sommaire "Grains de sel"